Dans un monde d'illusion a été créé le Firefly Mansion, pour corps et âmes perdues.
 

wow a bed (+ alois)
avatar
Messages : 7
Date d'inscription : 04/03/2018

P'tites infos
Race: Robot
Rune: Tempérance Λ
Poste: Homme de ménage

Message posté le : Mer 11 Avr - 1:03
Une chambre, c’est bien sympa. Surtout quand on en a l’utilité. Ce qui n’est, du coup, pas vraiment ton cas, Zero. Pourtant, tu n’avais pas eu le choix, à ton arrivée. On t’a filé un lit, comme ça, sans crier gare, sans même que tu n’aies le temps de demander comment se servir d’un tel objet. Tu ne t’étais jamais, auparavant, retrouvé aussi proche de ce truc-là, toi. Qu’est-ce que tu vas bien pouvoir en faire ? S’ils avaient réfléchi deux minutes avant de filer d’emblée une chambre à un robot, ils auraient pu économiser une place. Mais bon, ça, ça ne fait pas vraiment partie de tes préoccupations.

Tu vas le fixer longtemps, ce lit ? C’est pas lui qui va t’apporter des réponses, tu sais ? Ca discute pas un lit. C’est juste là, ça rempli un peu la pièce. Comme toi, au fond. T’es planté, au milieu de la chambre, à ne rien faire si ce n’est occuper inutilement l’espace. Et puis pourquoi t’acharnes tu autant sur celui-là en particulier, de lit ? C’est parce que c’est le premier que t’as vu en entrant dans la chambre, c’est ça ? Probablement. Il y a même des chances que tu ne te sois même pas rendu compte qu’il n’est pas le seul de son espèce à vivre dans cette chambre.

Mais t’inquiète pas, ça veut pas dire qu’ils attendent de toi de faire quelque chose avec tous les lits du coin, non non. Juste, tu vas sûrement te retrouver avec des colocataires. La plupart des personnes auraient été excitées à l’idée de rencontrer de nouvelles têtes, de se faire de potentiels nouveaux amis. Mais pas toi, déjà parce que tu n’es pas une personne, et aussi parce que tu n’as pas vraiment analysé la situation. Et puis, soyons franc, tu ne connais absolument rien au concept de colocation. T’as peut-être même jamais entendu ce mot, en fait. Après tout, ce n’est pas forcément un mot très utile à connaître pour une machine.

Mais tout ça n’arrange pas notre problème. Tu ne sais toujours pas quoi faire de ce matelas couvert de draps. Tu sembles réfléchir, même si ce n’est pas vraiment un talent que l’on te connaît. Finalement, tu te décides à bouger. Tu fais un pas vers l’objet de tes questionnements. Puis un autre. Et encore un autre. Tu tournes sur toi même et, enfin, tu t’assois dessus.

Et c’est tout.

Tu restes comme ça un moment. Non pas que t’asseoir te serve à quelque chose, mais les humains le font souvent alors tu fais ce que tu sais faire de mieux ; tu les imites. Peut-être que si tu avais passé plusieurs heures à regarder des gens dormir tu pourrais également imiter ça, pour donner un semblant d’utilité au lit qui t’avait été attribué. Tu devrais y songer, éventuellement.

Les deux billes qui te servent d’yeux sont rivées sur la porte. Parfois tu les mouves lentement, au rythme du grincement de la partie métallique qui rattache ton cou au reste de ton corps, et tu regardes le reste de les murs qui entourent l'entrée. Tu essaies d'y trouver quelque chose d’intéressant, quelque chose tu connais et qui te serait utile. Comme une prise, par exemple. Normalement, on se débrouille pour les placer proche des lits, histoire de pouvoir poser une lampe de chevet sur un petit meuble, mais ça, tu ne le sais pas, alors ça ne te viendrait jamais à l’esprit de jeter un oeil par là.

Tu sors ton câble d’alimentation de l’une de tes poches, prouvant définitivement que ce que tu cherches depuis tout à l’heure à côté de la porte est bel et bien une prise. C'est vrai que tu n’as plus que la moitié de ta batterie et que c'est bien de l’avoir pleine, ne serait-ce que par mesure de précaution. Mais si tu ne trouves pas d’endroit pour te brancher, tu ne pourras pas te recharger, alors tu dois continuer ton investigation.

Toujours assis, tu répètes les mêmes mouvements oculaires, sans cesse, comme si quelque chose allait changer entre deux allers-retours. Tu serres ton chargeur entre des doigts siliconés, mais cela ne sert à rien de lui faire du mal, le pauvre n’a rien à voir là-dedans. Aah si seulement tu avais l’idée de tourner un peu plus la tête, tu pourrais voir les deux petits trous que tu cherches tant, juste à ta droite, exactement à côté du lit sur lequel tu es assis.

Mais non, tu manques cruellement de jugeote. Et du coup, tu continues la même chose, comme un vieux disque rayé, et tu continueras comme ça jusqu’à l’épuisement, tant que rien ne sera venu pour te perturber. Triste vie que la tienne, Zero.





rebootingy'a rien à comprendre quand on grandit dans un scaphandre.
Voir le profil de l'utilisateur

wow a bed (+ alois)
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alliés