Dans un monde d'illusion a été créé le Firefly Mansion, pour corps et âmes perdues.
 

 :: … Firefly Mansion … :: Toit Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Penser au toit ~ avec Joah

avatar
Messages : 37
Date d'inscription : 30/03/2018
Age : 18

Ce qu'il faut savoir
Race: Vampire
Rune: Clairvoyance Θ
Poste: /
Dim 20 Mai - 10:46
Tout ce que j'avais pu garder de mon ancienne vie était un casque audio rouge. Je l'avais dérobé sur le cadavre de l'une de mes victimes, un jeune homme drogué qui avait cherché à se battre avec moi dans une ruelle d’Édimbourg. Il était seul et nous étions en pleine nuit, alors je lui avais tranché la gorge, avant de me nourrir de sa chair. 
  En tout cas, j'aimais beaucoup mon butin. J'avais besoin de ce casque pour m'évader de la réalité - des deux réalités, que je ne comprenais pas toujours. Je démarrais un morceau, et tout ce qui m'effrayait se volatilisait un instant dans le néant de mes yeux fermés. Pourtant, il me rendait triste : il me rappelait que j'avais une dette envers ce monde, envers tous ces êtres dont j'avais pris la vie, il me rappelait que j'étais un parasite et que je devais me repentir.

 En explorant le Manoir des Lucioles, je découvris un hublot au fond d'un couloir, qui menait sur le toit. Ses charnières grinçaient beaucoup, et j'eus l'impression que le plafond s'effondrait un peu plus à chaque fois que j'essayais de l'ouvrir. Pourtant, j'avais réussi à me hisser à travers pour atterrir sur les tuiles glissantes de la bâtisse. Le paysage était... époustouflant. Irréel, c'est le cas de le dire. Les parterres des jardins, les cimes des arbres de la forêt, le début du monde illusoire qui se profilait jusqu'à l'horizon, flou.
  J'en eus le souffle coupé, mais j'étais étrangement sereine. C'était le bon moment pour penser un peu, penser au toit pourquoi pas. Réfléchir au pourquoi de tout cela, à si je préférais ici ou là-bas. Réfléchir au passé ou aux tuiles, à l'Univers où à la cheminée ; divaguer entre le futile et l'existentiel.
  Alors je mis mon casque, qui jusqu'à présent se trouvait autour de mon cou, sur mes oreilles. J'escaladai les tuiles pentues pour arriver au sommet du toit, en remarquant que les entrées menant à celui-ci étaient multiples et que je ne serais pas obligée de passer à nouveau par le petit hublot.

  Le son d'une guitare sèche remplaça le bruit du vent léger, puis une voix vint s'y ajouter. La musique m'emportait. Il devait être un peu plus de minuit, je me blottis dans mon grand pull, je soupirai de bonheur. Jamais encore je n'avais été si loin du monde, si loin de l'horreur quotidienne, jamais je n'avais pu m'asseoir et simplement me reposer, ne pas bouger, ne pas être réprimandée, ne pas subir de pression. Les lucioles dansaient tout autour de moi, et partout dans l'air, partout sur le toit. Leurs lumières m'accueillaient dans cette dimension où la souffrance était mise sur pause, et où mon âme torturée trouverait sa place. Et peut-être même que d'autres âmes torturées, ici, accepteraient le monstre en moi... Je pleurai de joie rien qu'à l'idée de l'amour, de l'amitié, de la solidarité, de l'acceptation, de la gentillesse.
  Une nouvelle vie commençait, certes restreinte par les limites de cette dimension cachée, mais où enfin, mon esprit serait en paix. Je le savais, je le sentais, c'était ici chez moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 28/04/2018

Ce qu'il faut savoir
Race: Indéterminée
Rune: Equilibre ᛞ
Poste: /
Dim 20 Mai - 16:22
Penser au Toitft. Rubi

Joah sentait ce vide immense grandir en lui à chaque instant. Il ne savait pas ce qui le guidait à cet instant précis, ni ce qu'il faisait exactement à ce moment-là. Ses pas le menaient toujours là où il ne fallait pas, mais étrangement, "là où il ne fallait pas" devenait un endroit où il fallait être. C'était étrange de penser cela, mais c'est pourtant exactement ce que Joah songeait à cet instant précis, comme à cette fois-là où il avait franchit la porte de ce manoir.
Cet endroit était magique, et la lumière qui en dégageait était unique. Même sa lumière à lui semblait banale à côté de celle-là. Et la lumière des personnes qui arpentaient ces couloirs étranges, elle aussi, était unique.

Joah montait d'étages en étages, sans s'arrêter. Il connaissait déjà plus ou moins les parcelles de cet endroit, même si celui-ci avait tendance à changer un peu trop souvent à son goût. Le seul endroit où il n'était encore jamais allé se situait tout en haut, sur le toit. Il se demandait si, là haut, il retrouverait les étoiles. Mais existaient-elles réellement dans ce monde étrange ? Il pria pour que la réponse soit "oui". Il serait bien trop triste s'il ne pourrait plus jamais voir ces toutes petites lueurs, tout là haut, dans le ciel. Joah se dit que s'il parvenait à voir les étoiles, alors le vide qui se creusait en lui pourrait peut-être se combler, un peu, un tout petit peu. Et, alors, il pourrait accepter ce monde qu'il avait encore du mal à cerner.

Il arriva au dernier étage et regarda la trappe qui menait au toit. Trappe n'était peut être pas le bon mot à utiliser. Etait-ce un hublot ? Une fenêtre ? Il n'en avait aucune idée. Celle-ci était entrouverte et cela facilita pour lui le trajet. Il se hissa donc tout en haut du manoir, faillit glisser mais se rattrapa bien avant de se mettre réellement en danger, et il s'assit. Il ne remarqua pas de suite la présence de la jeune fille, à quelques mètres seulement de lui. Il était trop impressionné par le spectacle qui s'offrait à lui. C'était mille fois plus beau que les étoiles, peut être même un milliard de fois plus beau. Les lueurs du ciel se fondaient à merveille avec les petits lucioles, et des lueurs semblables aux aurores boréales parcouraient un ciel... étoilé ? Ce n'était pas le mot exact. Aucun mot ne pouvait définir ce magnifique spectacle. Joah sentit une joie mélancolique le traverser subitement et il regarda ses mains. Ses propres lueurs semblaient briller plus fort que d'habitude, comme pour répondre à ce dialogue de lumière. Puis, il tourna enfin la tête à sa droite et sursauta en remarquant la présence de l'inconnue.

Il l'avait peut être déjà croisée une fois ou deux, mais il n'en était pas si sûr. Elle était jolie avec ses cheveux noirs qui voletaient au vent, et elle semblait être plongée dans ses pensées. Elle portait un casque qui devait probablement jouer une musique douce et entraînante à la fois. Du moins, c'est ce que Joah imaginait à cet instant en observant son fin visage. Il reporta finalement toute son attention sur le ciel et s'allongea tant bien que mal sur les tuiles. Il se promit de venir plus souvent ici. Il ne s'était encore jamais senti aussi bien de toute sa vie. De toute façon, n'importe qui ne pourrait tourner les yeux face à ce ciel de lumières et d'ombres. C'était si beau que Joah était persuadé que quiconque regardait ce spectacle ne pouvait que se sentir incroyablement heureux et incroyablement triste à la fois.
Le jeune garçon regarda de nouveau la jeune fille. Il n'avait pas envie de la déranger, mais, en même temps, il ne pouvait se décider à partir pour la laisser seule. Il ne voulait pas lui briser ce spectacle, à elle aussi, comme quelqu'un d'autre aurait pu lui briser le sien. C'était bien trop beau pour cela. Finalement, Joah décida de rester. Après tout, s'il ne lui parlait pas et ne s'approchait pas, il ne risquait pas de la déranger.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 37
Date d'inscription : 30/03/2018
Age : 18

Ce qu'il faut savoir
Race: Vampire
Rune: Clairvoyance Θ
Poste: /
Ven 25 Mai - 22:48
J'écoutais la musique avec attention, en fermant les yeux, pour me priver un instant de ma vue et mon ouïe. En tailleur sur les tuiles rêches, seul le vent doux animait ma silhouette, faisait ballotter mes lourdes mèches et mon pull. J'étais paisible.
  Une tâche claire, formée par un peu de lumière qui passait à travers ma pupille, informait ma rétine que dans la pénombre se trouvait une lueur.

  J'entrepris d'ouvrir mes yeux, sans avoir la moindre idée de ce qui s'offrirait à ma vue... Un être de lumière, un jeune garçon scintillant. Il était en train de s'allonger peu loin de moi au moment où je le vis. Évidemment, mon cerveau se remit en question et essaya de comprendre en vain ce que pouvait être cet humanoïde. Au bout de longues minutes de réflexion, durant lesquelles j'avais ôté mon casque sans pour autant ôter mes yeux du jeune homme, je n'arrivais qu'à la théorie de la radioactivité. Cependant, c'était quand même très peu probable que la radioactivité ait provoqué chez cet individu un tel rayonnement. Je décidai donc de ne pas prendre la fuite et de profiter de cette belle soirée.

  Sans m'en rendre compte, je m'étais rapprochée. De quelques pas... voire d'un mètre ou deux. Je ne savais plus bien quelle distance nous séparait initialement, en fait. Dans tous les cas, j'étais maintenant près de lui. Sa particularité m'avait intriguée, attirée, inconsciemment, ses lumières m'attisaient. Il ne semblait pourtant pas m'avoir remarqué. Ou bien était-ce le cas avant que je ne ferme les yeux ?
  J'émis une sorte de soufflement, résultant d'une parole retenue au dernier moment. Je n'avais rien de précis à dire, mais je me sentais obligée de commencer à parler. Après tout, je m'étais avancée vers lui étrangement, il me fallait une raison valable... je crois.

  Il m'avait remarquée.

"B-bonjour..."

  C'était la nuit, déjà. Mais passons.
  Je rougis en me rendant compte de la gêne que j'instaurais en ouvrant le dialogue ainsi. Qu'allais-je lui dire ? Qu'allais-je lui demander, allais-je le blesser ? Son âme était meurtrie, peut-être pas en ce moment-même, mais elle l'était. Jusqu'à présent, c'est ce que j'avais compris de cet endroit... un château pour les gens tristes, seuls et meurtris.

"Tu es... excuse-moi. Intriguant."

  Je regardais derrière-lui, embarrassée de l'avoir peut-être dérangé dans sa contemplation de l’irréalité. J'espérais qu'il ne me verrait pas éviter son regard, malgré l'éclat vacillant qu'il dégageait.
  Jusqu'à présent, je m'étais approchée de lui par derrière, mais aussi un peu par le côté. Pour être dans une position plus confortable, je me positionnai à sa gauche, face à l'horizon. Assise, mes bras entourant mes genoux, les pointes de mes chaussures jouaient ensemble tandis que je me plongeais dans le ciel étoilé. Et luciolé, si je puis dire.
  Je ne savais pas si mon interlocuteur accepterait de faire connaissance ou de simplement mener une discussion, mais je voulais en tous les cas dissiper un peu mon malaise. Le silence et la sérénité muette restaient une option valable. De toute façon, penser au toit à côté de lui ou un peu plus loin, cela ne changeait rien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 28/04/2018

Ce qu'il faut savoir
Race: Indéterminée
Rune: Equilibre ᛞ
Poste: /
Dim 27 Mai - 16:58
Penser au Toitft. Rubi

Perdu dans cet océan de couleurs, Joah était pleinement rentré dans ce monde onirique, happé par le spectacle qui l'entourait. Jamais encore il n'avait vu pareil beauté, jamais encore il n'avait ressenti cette plénitude l'envahir peu à peu, pour le mener vers d'autres rivages. Joah avait dessiné sur son visage un sourire émerveillé, contemplatif, comme si toute tristesse l'avait quitté subitement.
Bien sûr, c'était complètement faux, aucune tristesse ne l'avait quitté. Au contraire, cette mélancolie se mêlait à son bonheur, et il se sentait incroyablement étrange. Ce monde qui se mouvait autour de lui n'était pas un monde comme les autres. Il lui avait ouvert des portes jamais explorées auparavant.

Joah aurait pu rester des heures ainsi, peut être même aurait-il pu mourir ici sans même s'en rendre compte. Mais la présence de la jeune fille l'en dissuadait probablement, car il jetait de temps à autres, très furtivement, un regard vers elle.
La jeune fille semblait l'avoir remarqué à présent car elle s'était approchée de lui sans même qu'il s'en rende vraiment compte. Toujours un sourire aux lèvres, Joah la regarda tandis qu'elle ouvrait la bouche pour parler. Elle lui disait bonjour. Le jeune garçon regarda le ciel, comme pour lui faire comprendre qu'il faisait nuit depuis longtemps. Il ne pouvait cependant pas la juger, il avait lui-même tendance à dire bonsoir le matin. Il garda le sourire, attendant qu'elle ne lui dise autre chose. Elle ne tarda pas à dévoiler de nouveau sa voix, lui disant qu'il était intriguant. C'est vrai qu'il devait l'être, là, resplendissant littéralement dans l'obscurité, la peau percée par des étoiles de lumière.

Le jeune garçon garda un silence tandis qu'elle s'installait plus confortablement à sa gauche, portant son regard sur l'horizon indiscernable. Joah, lui, continuait de la regarder. Elle était probablement moins intrigante que lui. Du moins, elle semblait plus normale, mais le jeune garçon semblait porter un certain intérêt pour cette étrange fille à la peau pâle et aux cheveux noirs comme la nuit. Ou peut être plus noirs encore, il ne savait pas trop.

-Bonsoir...

Sa voix mélancolique s'éleva doucement dans la nuit, et sembla planer autour d'eux un instant. Joah n'aimait pas entendre sa voix. Il la trouvait étrangement calme, peut-être trop même. Et peut être un peu trop grave aussi. Un jour, quelqu'un lui avait dit que personne n'aimait entendre sa voix. Cela l'avait rassuré. Un peu.

-Tu parles de ma peau étoilée ?

Sa question pouvait paraître étrange. Et surtout, elle n'était pas forcément très intelligente. Il avait l'habitude, quiconque le dévisageait ne le regardait pas simplement parce qu'il avait de beaux yeux. Non, ils contemplaient tous sa peau, à la fois émerveillés et effrayés, comme s'il n'était pas humain. Ce qui, d'ailleurs, était probablement le cas.

-Tout le monde est intriguant dans ce manoir, n'est-ce pas ? C'est pour cela que nous sommes là... Nous sommes différents.

Joah soupira, et porta son regard sur ses mains percées de lumière. Lui-même était lassé par ce qui le différenciait des autres. Il trouvait cela étrange d'être ainsi étoilé, si tel était le mot le plus adéquat pour cette... chose qui parsemait son corps. Mais, d'un autre côté, il aimait sentir cette différence et cette solitude. Il aimait être loin de tout cela, loin de tout ce qui l'avait fait souffrir. Et c'était cette différence qui l'avait guidé loin de tout ça, ici, à l'abris du monde putride et pourri jusqu'à l'os. Ici, il était bien. C'était la seule chose qui le rassurait à présent. Il avait tout perdu pour tout retrouver.

Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firefly Mansion :: … Firefly Mansion … :: Toit-
Sauter vers: