Dans un monde d'illusion a été créé le Firefly Mansion, pour corps et âmes perdues.
 

 :: … Firefly Mansion … :: Rez-de-Chaussée :: Entrée Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le briseur de disque. [pv Nonanga]

avatar
Messages : 35
Date d'inscription : 25/06/2018
Localisation : Quelque part

Ce qu'il faut savoir
Race: Vampire
Rune: Guérison ᚠ
Poste: /
Jeu 28 Juin - 18:31


(theme)

Encore.

Levé après une nuit blanche. Habillé après avoir évité son reflet. Rendu a l'entrée briquet en main, cigarette entre les lèvres. La routine, tout ce qui l'ennuie, s'est installée petit à petit sans qu'il ne s'en rende vraiment compte. Ce n'est pas pour autant qu'il l'accepte. Il n'a simplement pas le choix et l'a comprit bien assez vite. Alors il répète ces gestes quotidiennement. Machinalement. Il passe la journée enfermé dans sa chambre ou dans un coin à l'ombre, en extérieur, loin des autres, loin de tout. Éventuellement, parfois il relit un livre. Le même livre. Constamment les mêmes pages, les mêmes erreurs d'impression, la même reliure. Puis, lorsque la nuit tombe il referme sa porte à clé, s'allonge, et passe des heures en ayant les yeux rivés sur le plafond. Ses pensées toujours plus ou moins hantées par les fantômes de son passé, s'emmêlent parfois. Ce n'est pas qu'il a des regrets quant aux nombreuses victimes qu'il a faite. Non, ses cauchemars tournent toujours autour des deux mêmes personnes. Tantôt il s'agit de réfléchir à ce qu'il aurait pu faire pour éviter de telles tragédies, tantôt il se surprend à souhaiter avoir été présent à la mort de parents qu'il méprisait, tantôt... il entend presque les remarques des défuntes qui lui en voudraient pour leur mort. Revient ensuite l'aube. Puis, levé après une nuit blanche, il s'habille après évité son reflet. Rendu à l'entrée briquet en main, cigarette entre les lèves. La routine le pèse, il la hait il la méprise. Autant que tout ce qui l'entoure. Autant que les autres pensionnaires du manoir. Autant que ce fichu meuble bancal devant lequel il passe tout les jours.

Pourquoi?

A la manière d'un vieux disque rayé, tout tourne en boucle. Ainsi vont les choses. Arthur en a l'habitude. Ce n'est pas pour autant qu'il apprécie cette situation. Pourquoi ne pas essayer d'y faire quelque chose? Pensez vous. Après plusieurs années on fini par se lasser. Plus il se débattait dans cette immense toile imaginaire plus elle lui collait à la peau. Plus elle le retenait. Si bien qu'il s'est retrouvé à suivre cette routine qui l'épuise. Cette routine qui le tue à petit feu sans ne jamais lui offrir la chance d'en finir. De toute façon il serait bien trop lâche pour saisir cette chance.

C'est donc une fois de plus que nous retrouvons le vampire râleur devant l'entrée du manoir, appuyé contre un mur en train de regarder l'horizon, pensif, cigarette au bec. Le silence habituel sera soudainement brisé par le son d'une porte qui grince. La porte située à trois pas de lui. Quelqu'un à cette heure ci? Ca n'arrivait jamais, pourtant. Il devait être deux heures, pas plus, pas moins. Arthur tourna donc la tête en direction de l'inconnu. Jamais il n'avait croisé un tel personnage. Une tête de hérisson pareil pourtant, on ne passe pas à côté! Et puis, cet espèce de t-shirt court, vulgaire... un instant. Il l'approche?

Oh, merde...




Carnet de notes -- Je te méprise en #830103 -- Song
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 13
Date d'inscription : 26/06/2018

Ce qu'il faut savoir
Race: Loup-Garou
Rune: Guérison ᚠ
Poste: /
Jeu 28 Juin - 19:09


Ses oreilles dressées, sa queue dansant, Nonanga marchait joyeusement dans les couloirs du manoir. Effectivement, on pouvait se demander ce qu'il faisait là ; lui-même ignorait tout de ce qu'il était en train de se passer. Il se contentait de suivre le seul chemin qui lui était indiqué. Et le louveteau cherchait toujours du regard la horde de petites lucioles qui l'avait conduit jusqu'ici, quelques instants plus tôt. Il gardait une démarche affirmée et détaillait tous les recoins qui heurtaient son regard aux aguets.

Mais cet endroit avait l'air vide ; c'était sans doute à cause de l'heure tardive, mais pourquoi ces bestioles l'auraient-elles amené dans un endroit désert ? Et, tout en s'interrogeant à ce sujet, Nonanga emprunta sans le vouloir tout-à-fait, un passage menant à la sortie du grand bâtiment. Directement, une odeur désagréable lui vint aux narines. Il grimaça et se mit à chercher l'origine de cette puanteur. Bien vite, il tomba sur un grand monsieur fort bien habillé. Son allure était amusante, ce qui encouragea d'autant plus le jeune homme à accourir vers lui, un large sourire collé sur le visage.

Heureux d'avoir enfin trouvé quelqu'un pour éclairer sa lanterne, il fut envahi par de nombreuses questions, mais seule celle-ci put sortir de sa bouche :

- C'est quoi que t'as dans la bouche ?, dit-il en se grattant grossièrement derrière l'oreille droite.

Et puis il rajouta en riant, persuadé du fait que celui qu'il considérait déjà comme son potentiel nouvel ami, partagerait son avis :

- Ça pue !



#996600
pendu
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 35
Date d'inscription : 25/06/2018
Localisation : Quelque part

Ce qu'il faut savoir
Race: Vampire
Rune: Guérison ᚠ
Poste: /
Jeu 28 Juin - 19:59



Le ciel n'aurait pas pu m'envoyer une tempête plutôt qu'un dégénéré pareil?

Arthur ne répondit pas immédiatement a la première question, jugeant cela inutile. Il faudrait vraiment être complètement à l'ouest pour ne pas savoir ce que c'est, non? Il se moquait de lui. Ou bien venait d'un autre monde? Peu importe. Il s'en moque bien. Il tiqua en revanche, lorsque l'énergumène lui fit une remarque incongrue. Ca pue, disait-il. Ca "pue". Le vampire fronçait les sourcils, déjà agacé. Il contint néanmoins son agacement en croisant les bras et en ignorant l'individu, se disant qu'il partirait simplement en comprenant qu'il ne souhaitait pas converser. Les gens n'aime pas forcément être ignorés mais la technique fonctionnait parfaitement jusque là. On le laissait tranquille. Du moins, n'importe qui de normalement constitué serait passé à autre chose. Bien évidemment ça ne serait pas le cas du brun. Ca ne pouvait être aussi simple. Comme l'intrus restait fixe et trop près de lui, Arthur jeta un oeil dans sa direction pour remarquer deux détails plus ou moins curieux. Une queue et des oreilles de chien..? Ou de loup, c'était du pareil au même. Depuis quand y avait il des animaux dans ce manoir?

C'est lui qui pue le chien mouillé. Qu'est ce qu'il me veux?

Sans qu'il ne s'en rende compte, celui qu'il jaugeait venait d'arrêter soudainement le disque rayé de sa routine. Cette étrange sensation, désagréable au possible, le perturba. Le changement n'est définitivement pas sa tasse de thé. Et les bestioles encore moins. D'autant plus agacé par l'air enjoué de son vis-a-vis, Arthur prit la décision de retourner à sa chambre plus tôt que prévu. Il broya sa cigarette contre le mur et la laissa retomber sur le sol sans s'en soucier. Le vampire songea d'abord à contourner le brun mais ce dernier lui barrait le passage. Il se trouvait tout juste devant l'entrée pas bien grande du manoir. Le monstre prit une inspiration. Tandis qu'il jetait un regard sombre à son interlocuteur, il le déplaçait sur le côté pour passer devant lui en le bousculant.




Carnet de notes -- Je te méprise en #830103 -- Song
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 13
Date d'inscription : 26/06/2018

Ce qu'il faut savoir
Race: Loup-Garou
Rune: Guérison ᚠ
Poste: /
Jeu 28 Juin - 21:49


Nonanga se voyait tout bonnement ignoré. Il avait quelques fois eu affaire à des personnes ayant ce comportement. Considérait-il cela comme un manque de politesse ? Certainement pas. Il se demandait simplement ce qui clochait, en fonction de la situation. Ce jour-là, était sans nul doute la fois où il avait le moins compris ce qui lui arrivait. A vrai dire, il n'était même pas tout-à-fait sûr que tout ce monde était bien réel. Après tout, comme il faisait nuit, peut-être qu'il s'était tout simplement endormi au coin d'un arbre, recroquevillé sur lui-même, avant de rejoindre de jolies lucioles dorées...



Les lucioles !


Il tira la manche de l'homme à côté de lui, avant que ce dernier ne parte. Il avait l'air bien pressé tout d'un coup, lui qui semblait si oisif quelques instants à peine auparavant.

- Dis, t'as pas vu des petites bêtes volantes passer par là ?

Il prit un air bien embêté. Il ajouta qu'elles avaient l'air de vouloir l'emmener quelque part, mais qu'il ne savait pas si c'était ici. Cependant, le loup-garou ne lui laissa pas moins qu'une demi-seconde pour lui répondre, avant de continuer :

- Tu vas où, au fait ? T'es fatigué ?

C'était là l'un de ses défauts ; son impatience empêchait souvent le louveteau d'attendre les réponses des gens, pour les assaillir d'autres interrogations. Sa curiosité était sans faille.

Mais le silence lui permettait quelques instants de réflexion : il n'était pas possible que tout cela ne soit qu'une illusion. Mais alors s'il ne pouvait pas revenir en arrière, comment est-ce qu'il vivrait désormais ? Certes, il n'avait pas besoin d'un grand confort ; mais cela pourrait quand même l'inquiéter. Voilà qu'il se mettait à penser tout haut, marmonnant quelques phrases inquiètes !



#996600
pendu
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 35
Date d'inscription : 25/06/2018
Localisation : Quelque part

Ce qu'il faut savoir
Race: Vampire
Rune: Guérison ᚠ
Poste: /
Jeu 28 Juin - 22:32



A peine la porte passée il l'avait déjà presque oublié. Il s'était lancé de nouveau dans sa routine. Le disque rayé tournait de nouveau. Il se voyait déjà monter les marches une à une dans un silence religieux pour retourner s'enfermer dans sa chambre. Il en tournerait le verrou avant de se laisser choir sur son lit. Il s'enroulerait ensuite dans une couverture qu'il rejetterait ensuite plus tard, nerveusement. C'est presque s'il percevait d'avance les rayons de soleil de l'aube. Il déteste le soleil. Le temps qu'il avait vu défiler à la hâte tantôt, s'était arrêté brusquement lorsque le brun le retint par la manche. Arthur se figea net.

Non..?

Pourquoi ne pouvait-il pas simplement se comporter comme tout les autres? Lui foutre la paix. L'oublier, le délaisser, le maudire. Ne pas lui adresser la parole, ne pas y penser. Ne pas le croiser, ne pas le voir. Non. Ca aurait été décidément trop simple. Quitte à l'ennuyer autant ne pas y aller à moitié. La surprise était pourtant telle que dans un premier temps, le vampire ne fit que tourner doucement la tête dans la direction de son interlocuteur. La concentration de ce dernier devait d'ailleurs être très limité puisqu'il passa sans problème du coq à l'âne. Des petites bêtes? Qu'est ce qu'il en avait à foutre? Quoique. Un nouvel arrivant, des bêtes volantes... ça lui rappelait..

Splendide, un de plus à supporter.

Maussade, Arthur se pinça l'arrête du nez.

- Ais-je l'air de vouloir répondre?, lâcha-t-il finalement avant de lui faire lâcher prise d'un mouvement sec. Va donc interroger quelqu'un d'autre.

Arthur entreprit d'ignorer à nouveau l'intrus, mais c'était sans compter sur le pot de colle qui avait visiblement décidé de ne pas le lâcher. L'aura qui se dégageait de lui avait tendance à rappeler qu'il n'avait rien d'un type bien pourtant! Le regard noir, c'est fait, le comportement mauvais, nickel, le ton de tueur, pareil. Tout les points qui normalement rebutent les gens, sont bien là. Alors pourquoi?

Il est suicidaire, ma parole.




Carnet de notes -- Je te méprise en #830103 -- Song
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 13
Date d'inscription : 26/06/2018

Ce qu'il faut savoir
Race: Loup-Garou
Rune: Guérison ᚠ
Poste: /
Ven 29 Juin - 19:29


Ça y est ! Il avait parlé ! Sa voix était marrante, elle aussi. Elle collait parfaitement bien avec son corps, son allure, tout. Mais le garçon n'avait pas le temps de réfléchir, son nouvel ami marchait bien trop vite, il semblait si pressé...

Ce n'est qu'après que les mots sévères de l'homme prirent de l'ampleur : il ne voulait pas lui parler, alors ? Le ton qu'il avait employé paraissait vraiment agacé. Et l'inconnu avait l'air de quelqu'un de mauvais. Cependant, le lycanthrope n'avait jamais cru à ce qu'une personne soit totalement mauvaise. Souvent, il associait ce comportement à de la tristesse. Cela encouragea immédiatement Nonanga à accélérer son pas, afin de se mettre au niveau de l'étranger. Et il prit de nouveau la parole :

- Tu es triste, c'est ça ? C'est vrai que tu as le teint tout pâle... Tu es malade ? Si tu veux, je peux aller chercher un quelqu'un ! Mais je connais personne... Tu crois qu'il y a des gens qui soignent, ici ?

Evidemment, le jeune homme ne connaissait pas vraiment les professions telles que les médecins. En revanche, il savait que certaines personnes pouvaient savoir comment guérir. Alors c'était ainsi qu'ils les appelait ; "les gens qui soignent".
Toujours était-il, qu'il ne pouvait plus s'arrêter de parler ! Il suivait son seul référent dans ce monde, et s'y attachait au fil de ses pas.
Le petit loup-garou s'était persuadé de la tristesse de son nouveau compagnon. C'est pourquoi il ressentait de plus en plus de peine pour lui. Ses grandes oreilles s'abaissaient, et son air inquiet trahissait ses pensées. Finalement, il conclut :

- Il va bientôt faire jour, peut-être que ça te redonnera le moral ! La nuit, c'est effrayant...



#996600
pendu
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 35
Date d'inscription : 25/06/2018
Localisation : Quelque part

Ce qu'il faut savoir
Race: Vampire
Rune: Guérison ᚠ
Poste: /
Ven 29 Juin - 20:18



(theme)

L'inconvénient quand on se retrouve dans une zone restreinte avec différentes personnalités venus de différents mondes, c'est qu'on ignore sur quoi on va tomber. Tout est possible au manoir des lucioles. On y trouve de tout. Une apparence fine et fragile peut cacher un monstre de la pire espèce, tout comme une apparence monstrueuse peut couvrir un coeur d'or. A l'inverse les apparences peuvent aussi parfaitement révéler la nature de quelqu'un. Ceux là sont sans doute les pires. Rien est simple tant qu'on ne prend pas la peine de voir au delà de ce qui a l'air d'être et ça, c'est le plus agaçant pour Arthur, qui ne risque pas de prendre la peine d'apprendre à connaître qui que ce soit. Même pour une question d'anticipation. Ce n'est pourtant pas le problème majeur. Le soucis est surtout le fait de ne pas pouvoir deviner quelles capacités peut posséder ces individus. Ce manque d'informations limite donc les actions du vampire, qui ne verrait aucun intérêt à lancer une chasse aux sorcières qui de toute façon serait rapidement bouclée. L'idée de se voir réduit à l'état de cendre à cause d'un manque de self contrôle ne l'enchante pas sincèrement. Ajoutons à ça qu'il n'a pas non plus l'envie de replonger dans de sanglantes affaires...

En somme, malgré sa fâcheuse tendance à vite prendre la mouche Arthur essaie tant bien que mal de garder un certain contrôle. Lassé en plus d'être fatigué, il n'avait donc pas encore vraiment mal réagit au geste de son interlocuteur. Cependant, plus personne ne l'avait approché durant plusieurs siècles. Encore moins pour lui faire un tel affront. Il eut donc un peu de mal à se faire à l'idée qu'un énergumène pareil puisse se permettre toutes ces familiarités avec autant d'aisance. Un sans gêne pareil mériterait de voir sa tête encastrée dans un mur. Ou peut être valait il mieux l'enterrer vivant, histoire qu'on ne l'entende définitivement plus?

Arthur se massa la tempe.

Je parle chinois où il le fait exprès?

Avait-il réellement l'air triste? Non. Etait-il contrarié? Oui. Clairement. Ca ne se voyait pas? Si, évidemment. Le brun était juste trop stupide pour le comprendre ou s'en rendre compte. On lui grefferait un cerveau que ça n'y changerait rien, il ne saurait pas l'utiliser. Le vampire allait rétorquer quelque chose mais se ravisait lorsque l'énergumène lui confia que la nuit l'effrayait. Pourquoi sortir aussi tôt le matin, donc? C'est ridicule. Ca n'a aucun sens. De plus, a l'accoutumé les gens trouvent l'astre lunaire plus poétique. Ce tapis sombre remplis d'étoiles, beaucoup aiment l'admirer. Dans le cas d'Arthur, c'était surtout un moyen de plus pour éviter tout le monde. La nuit les gens dorment, généralement. Lui-même n'a jamais quitté cette habitude, bien que le terme "dormir" soit incorrect. Il attend, principalement.

Les yeux du vampire devinrent rougeoyant:

- Oui, je suis malade, fit-il, sarcastique. Très malade.

Il eut un rictus.

Quand on y pense, il est vrai qu'un vampire est déjà en quelques sorte, un mort. Un revenant, précisément.

- Si tu m'approches encore tu pourrais être contaminé. Alors va ennuyer quelqu'un d'autre, ajouta-t-il en le poussant une nouvelle fois pour passer.

Ce pot de colle finira bien par me lâcher.

Malade...

Sa vie, on la lui avait prise injustement pour lui la lui rendre ensuite, par pitié, ou par méchanceté. Beaucoup se plaisaient à rappeler que ce serait fabuleux d'être immortel. Pouvoir profiter de chaque jour sans se soucier qu'il risque d'être le dernier, faire tout ce qu'on veut sur une durée infinie puisqu'on a le temps. Le temps n'est plus rien face à l'infini. Ce temps, le perdre ne compte plus. On peut alors tout se permettre. Faire le fainéant sans se soucier du lendemain. Profiter d'une jeunesse éternelle. Ah, vampire. On vous vend ça comme quelque chose d'absolument merveilleux. Ce qu'on a pas on le désire ardemment, mais une fois qu'on obtient ce qu'on veux on s'en lasse. C'est un peu ça. Quand on a testé on en veux plus. On connait. On n'y trouve plus aucun intérêt. On perd le goût du risque, puisque de toute façon il n'y en a plus aucun. Tout devient fade. Puis, tout devient âcre. Immonde. Horrible. On ne supporte plus, on subit.

Ne pas avoir le courage d'en finir tout en devant supporter chaque seconde, chaque minute, chaque heure, chaque jour de l'année et ce, pour l'éternité.

Malade? Ca oui, il l'est. Il s'agit de la maladie de la vie.




Carnet de notes -- Je te méprise en #830103 -- Song
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 13
Date d'inscription : 26/06/2018

Ce qu'il faut savoir
Race: Loup-Garou
Rune: Guérison ᚠ
Poste: /
Ven 29 Juin - 21:58


Un Manoir où figure une étendue de gens différents. Des personnes toutes plus intéressantes les unes que les autres, toutes venant tout droit de mondes incroyables ; toutes ayant des caractères et des passifs bien distincts. Il était naturel de se demander si tout le monde avait une telle allure, que celle qui se présentait ici, devant le petit brun admiratif. Il ne se comparait en rien à lui, et ne s'imaginait même pas dans un pareil accoutrement ; mais il fallait avouer qu'il avait l'air d'avoir une conception des choses tellement dissemblable à celles que Nonanga avait envisagées durant la totalité de son infime vie.

Il ne valait mieux pas abandonner maintenant un ami aussi fabuleux. Il ne savait pas s'il allait le recroiser, et il voulait le recroiser, d'ailleurs. Mais, soudain, les yeux de son interlocuteur virèrent au rouge. Ce changement aussi vif que radical surprit grandement le loup-garou, qui vit ses oreilles se redresser de nouveau, en se demandant si son ami allait se mettre à pleurer. Heureusement, ce ne fut pas le cas. Il s'était contenu, de manière très courageuse, et lui avait avouer qu'il était effectivement malade. Cette nouvelle terrorisa le gamin, qui songea à quel genre de virus ça pouvait être. Était-ce l'un de ces vices qui emportent les gentilles personnes ? Mais alors, tout comme ses anciennes connaissances, il ne le reverrait plus... Sortant de son court instant de pensée, il demanda tout penaud :

- C'est une maladie grave ? Elle est irréversible ?

Et, sans considérer la mobilité de ses doigts, le louveteau se mit à essuyer nonchalamment les larmes qui naissaient aux coins de ses yeux. C'était fini, un autre ami allait lui être retiré.
Et pourtant le petit bonhomme avait ri. Il avait ri parce que son référent lui-même avait lâché un bref rictus. Et c'était impoli, on le lui avait bien dit, de laisser quelqu'un d'autre s'amuser seul. Mais au fond, le pauvre garçon était dévasté. Car il était difficile d'imaginer ce sourire, même si discret, s'évaporer. La joie d'un homme malheureux était si rassurante.



#996600
pendu
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 35
Date d'inscription : 25/06/2018
Localisation : Quelque part

Ce qu'il faut savoir
Race: Vampire
Rune: Guérison ᚠ
Poste: /
Sam 30 Juin - 13:09



A l'accoutumée Arthur serait passé complètement à côté sans le remarquer. En temps normal, peu importe qui se serait trouvé face à lui, il se serrait élancé en direction de l'escalier sans se poser de question. Sans même y prêter attention. Sans l'entendre. Ce détail, bien que parfaitement insignifiant à ses yeux, l'arrêta pourtant un instant. Sont-ce réellement des sanglots? Soit le brun était trop émotif, soit il se jouait de lui, ce qui paraissait étrangement peu probable. Etait-ce seulement possible d'être aussi crédule? C'était pourtant clair, il s'était montré ferme tout en se moquant ouvertement de lui. N'importe qui aurait compris. Ca se voit, ça s'entend.

Je rêve. Il se moque de moi.

Même en essayant de se convaincre que c'est bien le cas il parvenait difficilement à y croire. Les seules personnes, et les dernières qui ont pleuré pour lui, ont été des parents qu'il abhorrait. C'était en 1824 à son enterrement. Sinon qui aurait bien pu compatir pour un monstre? Un parfait inconnu qui arrive tout juste au manoir des lucioles, complètement perdu. Une parfaite tâche. Comme les autres. Un imbécile fini. Comme beaucoup d'autres. Un pot de colle. Un gamin. Ce n'est pas le premier et ce ne serait pas le dernier. Alors pourquoi être aussi peiné? Il ne sait rien de lui. Absolument rien. Son passé, son entourage, sa façon de vivre, ses préférences -s'il en a vraiment-, ses habitudes. Rien. Strictement rien. Comment pouvait-il s'en soucier? C'est ridicule. C'est idiot. Pathétique.

Il m'énerve.

Arthur ne supporte pas la routine. Sa routine pourrie. A la manière d'un poison lent, elle s'insinue petit à petit. Elle se diffuse en lui, autour de lui. Jusqu'à l'engloutir sans ne jamais en finir. La routine, il la hait. Ce goût fade, il s'y est sans doute trop habitué. A la manière d'un vieux disque rayé, tout tourne en boucle. Un chemin déjà tracé, il le suit. C'est plus simple ainsi. A quoi bon changer si c'est pour revenir au point de départ de toute façon? Autant avancer. C'est facile. C'est mieux. Il n'y a plus qu'à se laisser porter. C'est préférable.

Arthur ne supporte pas la routine. Sa routine pourrie. Néanmoins, il exècre plus encore celui qui vient de la lui briser. Même si ce n'est que pour une fois. Même s'il ne le revois plus ensuite. Ca l'agace. Il s'est arrêté. Pour lui. Sans raison. Sans bonne raison. Le vampire ne voulut pas plus tarder en présence de l'individu. Il grimpait rapidement les marches, une à une, comme il le fait habituellement chaque jour. Comme il le ferait continuellement, quotidiennement. Sans se soucier de rien. Ce n'est pas un type à l'odeur de chien mouillé qui y changerait quoique ce soit.

Une fois la dernière marche franchie, Arthur prit une inspiration.
Sûrement dans l'espoir de s'en débarrasser une bonne fois pour toute, sans se retourner il déclara simplement, avant de filer pour de bon:

- J'ai menti.




Carnet de notes -- Je te méprise en #830103 -- Song
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firefly Mansion :: … Firefly Mansion … :: Rez-de-Chaussée :: Entrée-
Sauter vers: