Dans un monde d'illusion a été créé le Firefly Mansion, pour corps et âmes perdues.
 

Aloïs - "Je vous aime du bout du coeur."
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Aloïs
avatar
Messages : 13
Date d'inscription : 11/03/2018

Ce qu'il faut savoir
Race: Oubliée.
Rune: Tempérance Λ
Poste: /
Revenir en haut Aller en bas
Aloïs - "Je vous aime du bout du coeur."


Aloïs

Vaporeux
Présentation -

Nom : /
Prénom : Aloïs.
Surnom : /
Âge : D'apparence 25, sans certitude.
Espèce : Oubliée.
Sexe : Masculin.
Orientation sexuelle : A définir.
Nationalité : Inconnue, réveillé au Danemark.
Rang : Ecrire ici ;
Rune : Tempérance Λ .
Perso sur l'avatar ou lien vers l'artiste : http://truonglactran.com/2017/02/vampire-knight-dong-nhan-tinh-co.html

(juste, y a-t-il d'autres images ? Ou puis-je trouver quelqu'un qui lui ressemble pour en utiliser ?)

Pouvoir : Étrange don qui lui est donné, que celui de matérialiser les émotions. Les siennes ou ceux qui lui sont proches physiquement. Une sorte de léger nuage, discret, qui s'élève près de la personne concernée, coloré suivant ses sentiments. Cela se produit de manière inconsciente, parfois on n'y fait même pas attention. Mais pour qui sait voir, alors la vérité sort du brouillard.
/>
Psychologie -
Étrange créature, sans passé sur lequel se construire, se définir. Simple âme en peine, passive, peu expressive. Aloïs est. Aloïs sait. Mais ne communique pas assez, ne sait pas transmettre ce qu'il ressent, ce qu'il pense, ce qui le touche. N'en ressent pas vraiment le besoin surtout.
Esprit solitaire, mais pas insociable. Il aime la compagnie, s'éprend des gens. N'est simplement pas à l'aise quand c'est trop. Trop de bruits, trop de voix, trop d'agitation. Trop de vie. Il préfère le calme, la tranquillité, là où on prend son temps, le temps d'être, de penser, de peser. Peser les mots, peser les cœurs. Prendre en compte chaque heure, chaque seconde. Profiter de chaque être, de chaque esprit. Parfois, ça dépasse les mots. Et alors les silences sont les plus beaux.

Aloïs, il ne sait pas vraiment qui il est. Alors pour combler ce manque, il cherche, apprend, aime savoir. Garde un peu d'espoir. Reste sinon d'un naturel mélancolique, sensible. Mais ne sait l'exprimer. Trop peu habitué aux contacts, physique ou émotionnel, il préfère rester en retrait, de peur d'être trop exposé, de ne pas savoir gérer. Et son manque d'expressivité ne pousse pas les gens à venir le voir, à l'approcher. Ça ne le dérange pas trop, lui permet de ne pas se sentir de trop. A force de ne pas savoir, il cherche toujours sa place. N’arrive pas à se définir par rapport aux gens, aux cases. Ne sait pas comment rentrer dedans, comment devenir quelqu'un. Au fond, il cherche à exister, à être défini. A être 'lui' aux yeux d'un autre. A se voir être et accepté. Même si pour cela il lui faudrait s'assumer.
C'est un jeune homme un peu indifférent. Non pas aux gens, il a trop d'empathie pour réussir à s'en défaire, mais plutôt à lui même. Un peu trop égal, sans connaître ses limites, pousser ses extrêmes. Incapable de passion ni trop d'émotion. Colère, joie, tristesse passent sur lui sans l'affecter. Extérieurement. A l’intérieur, ça pulse plus. Pas assez pour transpercer ailleurs que dans son regard. Et surtout son pouvoir. Pour qui sait faire attention et comprendre les couleurs, alors cette légère brume colorée pour être une bonne définition de ses émotions. Plus simple à déchiffrer que ses expressions.

Il voudrait avoir la force des héros dont il lisait les histoires à son Onkel, la facilité qu'avait Pernille à sourire et à rire. Il voudrait refaire le monde, serrer la main d'un être plus d'une seconde, balayer la solitude de son cœur, trouver autre chose que le nom de son âme. Il voudrait arrêter de se perdre dans des ailleurs meilleurs, prendre pied dans la réalité, balayer les illusions et non pas vivre dans une vision. Il voudrait être, vivre, grandir. Sourire à deux et aller mieux. Savoir pourquoi il n'est pas vraiment heureux, ni vraiment triste. Il voudrait tellement qu'il préfère oublier qu'il veut. Pour se concentrer sur rien et tout et surtout ce qui l’entoure. Il se complaît dans l’irréalité de sa réalité, à parfois l'impression d'être absent de son propre monde. Souhaite seulement ne plus être seul. Sûrement.
Physique -
Banal. Peau claire et yeux foncés, il dévisage le monde sans vraiment se faire dévisager. Sans vraiment laisser transparaître sur son visage ce qu'il se passe dans sa tête.

Aloïs est un jeune homme. Pas très grand, pas petit. Moyen, quelconque, comme tout chez lui il pense. Il n'est pas très fort, n'est pas très fin. N'est « pas très » tout court en fait. Silhouette entretenue par les travaux manuels et physiques à la ferme, ça en reste là, sans plus. Juste moyen.
Il dégage par contre une douce assurance, une certaine sérénité, quiétude. Imperturbable presque. Il a un truc un peu étrange, une aura apaisante et qui met en confiance. Mais un peu froide, parce qu'on ne sait pas trop ce à quoi il pense, ce qu'il ressent à chaque instant. Parce que lui-même n'en est pas toujours certain, ni ne sait l'exprimer.

Un visage fin, doucement anguleux, délicatement esquissé. Peau laiteuse et un sourire effacé, qui parfois vient étirer légèrement ses lèvres fines, à peine rosées, mais qui souvent se fait oublier. Il n'a pas l'expression facile Aloïs. Ses pommettes ne se colorent pas de rouge ni sous la gène, ni sous le plaisir, encore moins sous la colère. Peut-être que ses yeux communiquent plus, prunelles chocolat aux reflets sombres qui s'illuminent facilement. Un regard brillant d’intérêt et de curiosité alors qu'il reste égal à lui même, mais qu'imperceptiblement tout son corps se tend.

Il est pas négligé Aloïs. Juste pas intéressé. Mais propre, impeccable. Pas à la mode, pas mis en valeur. Tignasse sombre aux mèches lisses qui jamais ne semble coiffée, t-shirt quelconque, jean et baskets aux pieds. Il ne fait pas d'effort, ne comprend pas les concepts liés à l'apparence. Ne cherche pas à les comprendre. Il n'a pas de style, s'en fout totalement. Qu'on lui dise qu'il soit terne, il n'en a rien à faire aussi. Parce qu'il a conscience qu'il est moyen, banal. Avec ce petit truc qui peut intriguer, pour qui prend le temps d'apprécier les gens. Mais lui, il est juste lui. Silhouette masculine à peine adulte qui s'étire vers le haut, visage au vent.
Histoire -

Sommeil puis Réveil. Et ainsi commence sa vie.

D'abord les sens, les impressions. Son corps qui se fond, qui ressent. Entend. Sous ses doigts, le monde est froid. Dur. Puis son ouïe qui ne lui dit pas grand chose, qui lui chuchote les quelques murmures du silence qui l'entoure. Des odeurs lui parviennent, qu'il ne sait définir. Pour le moment. Et alors qu'à ses oreilles les chuchotements deviennent des sons, que le monde se définit sous ses ongles, ses paupières s'ouvrent et découvrent. Couleurs, lumières, formes, ombres.
Aloïs.
Première pensée. Première conscience. Il comprend, sent, ressent, sait.
Ce n'est qu'un nom, le sien. Il ne sait d'où il vient, mais sait ce qu'est un nom. Ce qu'est un monde, ce qu'est la vie. Mais aucun souvenir ne vient éclairer le vide de sa mémoire, l'ombre de son passé.
Il est.


- Aloïs ?

A l'entente de son nom, le jeune homme relève la tête de son travail.  C'est son oncle qui vient de l'appeler. « Onkel » est le surnom qu'il donne à ce vieil homme qui l'a recueilli depuis cinq ans déjà. Il était arrivé sur sa propriété, seul, silencieux. Incapable de se définir. Mais connaissant déjà la vie. Et avait épaulé cet homme qui peinait à la tache. Naturellement, il avait proposé son aide. Avait aidé à pousser, tirer, ranger, porter. Le corps de ferme n'était pas grand. Mais trop immense pour un couple déjà usé par la vie. Alois était resté depuis. On lui avait proposé de l’héberger une nuit. Pernille, une femme douce et solide, lui avait proposé un véritable repas. Délicieux. Divin. Première fois à sa mémoire que son palais rencontre de telles saveurs. Pernille s'était occupée de lui comme une grand-même l'aurait fait. Tout comme Hagen, un peu bourru mais un homme bon et travailleur. Des gens simples. Tellement d'amour et de force à donner, à partager. La vie avait commencé tranquillement à leurs côtés pour Aloïs. Il n'était pas bavard, eux non plus. Chacun était discret, heureux de peu, alors ils se concentraient sur la vie présente, sur la petite ferme à tenir, et on ne lui posait pas de question. Parce qu'il n'avait pas de réponse à leur fournir.

Puis Pernille s'était éteinte. Heureuse et tranquille, doucement dans son sommeil. Elle ne s'était pas réveillée un matin. N'avait pas tiré les rideaux pour saluer le soleil, n'avait pas grondé son vieil époux pour avoir ronflé trop fort une partie de la nuit. Elle s'en était allée comme elle avait vécue, avec naturel et paisiblement. Un sourire aux lèvres. Mais ça avait été dur.
Aloïs n'avait pas pleuré. Il ne savait pas le faire. Il était resté impassible, comme à son habitude. Avait pris Hagen dans ses bras, l'avait tenu le temps que ses sanglots se tarissent. Des heures durant. Il avait fait de son mieux pour l'aider à faire son deuil, avait préparé la sépulture et choisi les plus belles fleurs. A deux, ils avaient partagé leur peine. Il avait mis des mots sur les émotions qui lui serraient le cœur, avait tenu à les prononcer à voix haute. Et depuis, il se levait à l'aube chaque matin, tirait les rideaux et saluait silencieusement le soleil.

- Ja, min Onkel ?
- Il faudrait s'occuper de notre vieille amie.
- Je vais la sortir, vas te reposer.
- Tak Aloïs.

La vie avait repris son cours. Doucement, comme toujours. Il sortait la dernière vache qui leur restait, allait s'occuper du potager, préparait le déjeuner. S'occupait les mains et l'esprit comme il pouvait. Parce qu'autrement son cerveau s’emballait. Cherchait. Des réponses à sa vie, un sens à ses questions, le pourquoi de lui ici et l'origine de tout ça. L'après-midi, ils passaient généralement quelques heures assis, à profiter du temps et de l'air. Aloïs faisait la lecture à voix haute d'un livre choisi par Hagen. Ça pouvait être de tout. Roman ou guide, analyses religieuses, politiques, historiques, définitions prises au hasard dans le dictionnaire, lettres jaunies reçues jadis. Généralement, le chat du couple en profitait pour s'approprier ses genoux et faire la sieste. A ce moment, et malgré tout le vide de sa mémoire, il se disait qu'il n'avait rien besoin de plus.

Même s'il avait cette impression latente d'être passif, oisif. De ne pas être, ni complètement, ni à sa place. De n'être qu'un bout de lui, un bout de rien, un morceau de tout sans savoir ce qu'est ce tout. Il ne savait si ça avait à voir avec son passé, son absence de passé, ou si c'était présentement que sa vie lui faisait défaut, qu'il y avait quelque chose de faux. Ou si c'étaient les lendemains qui lui faisaient peur.
Il pouvait rester ainsi de longues minutes, à simplement laisser son esprit s'enfuir et fuir. Méditer sur le sens, sur ses connaissances. Il lui fallait en savoir plus, pour se connaître, apprendre. Mais rien pour l'instant ne lui donnait de direction. Il ne possédait en fait que son nom. Et l'affection de ces deux êtres qui l'avaient recueilli. Soupir qui lui échappe sous les ronronnements du chat.

Ça avait été au tour de Hagen de partir. Petite flamme soufflée par une belle journée. Aloïs avait eu le cœur gros, fissuré, arraché de sa poitrine. Il avait pincé ses lèvres, serré les dents. Incapable toujours de verser des larmes pour cet homme qui avait été tout. Il n'avait pas de colère en lui, il ne réussissait pas à en vouloir à la vie, à la mort, à l'injustice. Juste un sentiment de perte qui lui tordait les entrailles, mais ainsi va le monde et ils le savaient tout les eux, qu'il ne restait plus beaucoup de temps. Et maintenant, Pernille et Hagen se retrouvaient. Et allaient pouvoir continuer à se chamailler dans le ciel bleu de l'été.

- Viens Kat.

Le chat sur les talons, il part. Traverse la campagne et le petit village du coin. Remonte les collines et suit un chemin étrange, qu'il ne connaît pas. Mais ressent. La ville au loin ne l’intéresse pas. Les gens, la foule, les contacts... rien de tout cela ne l'intrigue. Il préfère sa route, sa tranquillité. Et les quelques âmes chaleureuses des personnes qu'il croise sont plus heureuses que la vie bruyante qu'il perçoit là-bas. Alors il continue, prend Kat dans les bras. N'a jamais su quel est le nom de ce chat en fait, l'appelle donc chat. Seule compagnie qui lui reste, seul point d'accroche qui lui suffit.
La réalité qu'il perçoit devient étrange, différente. Mais, en même temps, plus il continue, plus il s'enfonce, plus il y a ce quelque chose de rassurant, d'évident. Parce qu'il est là, sans savoir où est ce là. Ses pas sont assurés, dans la bonne direction il en est persuadé. Contre lui, les ronronnements de Kat finissent de le bercer. Il est là. Il est.
Aloïs.

Et toi ?
Pseudo : No one.
Âge : 22 ans.
Comment avez vous découvert le forum ? Partenariat.
Qu'en pensez vous ? Il est... incertain ? Étrange ? J'aime bien et je suis trèèèès curieuse d'en savoir plus ♥️ Très joli forum, très intrigant contexte, j'ai eu un coup de cœur pour ce prédef, aucune idée de pourquoi ni comment, juste que je voulais lui donner une voix. Si par hasard il y a deux trois trucs que je dois savoir sur lui pour m'orienter un peu ?  Et bonne continuation ♥️
Code du règlement

Code par Anuska


Dernière édition par Aloïs le Mer 14 Mar - 21:50, édité 2 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Orwell Grëtta
avatar
Messages : 176
Date d'inscription : 01/03/2018

Ce qu'il faut savoir
Race: Feu-Follet
Rune: Protection ᛟ
Poste: /
Revenir en haut Aller en bas
Re: Aloïs - "Je vous aime du bout du coeur."
Eeeeeh bienvenuuuue love
Je suis super contente que quelqu'un joue Aloïs ! C'est sans aucun doute mon prédéfinis préféré !!!
J'adore l'histoire j'ai vraiment hâte de voir la suite ! Ton écriture correspond à merveille avec l'idée que je m'étais faite du personnage ! Très beau !
Il n'y a pas grand chose à savoir sur Aloïs, enfin, il y a tout un tas de choses dans ma tête mais ce qui importe est l'interprétation que tu en fais, c'est tout le principe du prédéfinis .
Je te souhaite bonne chance et si tu as des questions je suis là !
(Eh oui, ce forum est étrange et incertain, je sais pas si ça fonctionne vraiment mais bon c'est un essai, on verra bien ce que ça donne !)
À plus hug


Voir le profil de l'utilisateur
Aloïs
avatar
Messages : 13
Date d'inscription : 11/03/2018

Ce qu'il faut savoir
Race: Oubliée.
Rune: Tempérance Λ
Poste: /
Revenir en haut Aller en bas
Re: Aloïs - "Je vous aime du bout du coeur."
Merci beaucoup pour tout ♥️
Cette pression maintenant...
Je pense avoir terminé, tu me tapes si quoi que ce soit ne va pas !

love



 
Don't let me down. -

« Dans des vestes trop courtes, des doigts posés sur nos bouches, on en à rien à foutre, tant que c'est nous que l'on touche. Sale, on est bien plus grand, plus grand que tout nos poèmes qui, en nous dépassant, nous renvoie ce que l'on aime. »
Rue de Moscou - Eddy de Pretto
Voir le profil de l'utilisateur
Orwell Grëtta
avatar
Messages : 176
Date d'inscription : 01/03/2018

Ce qu'il faut savoir
Race: Feu-Follet
Rune: Protection ᛟ
Poste: /
Revenir en haut Aller en bas
Re: Aloïs - "Je vous aime du bout du coeur."
Aaaaaah tu as finiiiiiii je suis trop contente ! love
Bon, je te l'ai déjà dit mais j'aime beaucoup cette façon d'écrire qui se rapproche grandement du personnage d'Aloïs en lui même. Merveilleux ! Ces petits bouts de phrases sont super bien écris et ça rend le tout un peu mystérieux, on a envie de connaître cet étrange personnage je trouve.
J'aime beaucoup la psychologie, et le physique est doux, fin, il glisse entre les doigts un peu... J'imagine parfaitement la sensation que j'aurais en rencontrer Aloïs dans la rue, et j'ai hâte d'expérimenter ça en Rp ! En fait, ton personnage semble réel, c'est bizarre mais, personnellement, j'ai envie de le rencontrer, de lui parler, et en lisant ta fiche, j'ai l'impression de ressentir quelque chose de merveilleux (et je n'exagère pas ! Tu as un style absolument fantastique qui colle parfaitement avec le personnage !).
L'histoire a un ton doux aussi, mélancolique, et d'une simplicité très poétique. Tu ne vas pas t'embêter à faire des phrases complexes mais les mots que tu emploies sont justes et magnifiques.
Bon, je vais peut être m'arrêter là xD je pars trop loin...
En tout cas bravo, rien à redire ! hug
Je te mets un petit message de validation (histoire d'être conforme xD) et tu peux te lancer dans l'aventure !


VALIDATION DE

Aloïs

Te voici validé Aloïs !
Je te souhaite encore une fois la bienvenue dans notre communauté ! Je tiens à t'informer que ton personnage a été accepté au Firefly Mansion et qu'il peut dès à présent commencer à RP.
En premier lieu, j'espère que tu as bien lu tout ce qu'il se trouvait dans les fondements. Si c'est le cas, tu peux aller poster ton journal de bord qui t'aidera à suivre tes relations et tes RPs en cours. Une fois cela fait, tu peux aller poster une demande de RP, de chambre et de poste (si tu le souhaites) à cet endroit. Tout cela est facultatif mais il est fortement conseillé de le faire avant de se lancer de l'aventure !
J'espère que tu vas te plaire parmi nous et que tu trouveras aisément ta place dans notre petite famille fort sympathique,
Au revoir et à très bientôt !

Code par Anuska


Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Re: Aloïs - "Je vous aime du bout du coeur."
Aloïs - "Je vous aime du bout du coeur."
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Firefly Mansion :: registre et identités :: Éclosion des Personnages :: Éclosions Terminées-